Commune de Vébron
Bienvenue
Météo

Météo à VEBRON

15 °C / Nuageux
Vent: SE de 43 km/h
Humidité: 88%
Auj
6/9 °C
Ven
3/11 °C
Sam
3/11 °C
Dim
2/10 °C
Calendrier
Maurice AGULHON

Maurice  Agulhon

Maurice Agulhon (1926-2014), professeur au Collège de France, est un des plus grands historiens français contemporains. Maurice Agulhon est né à Uzès le 20 décembre 1926. Elève de l'école normale supérieure, il a d'abord enseigné en lycée à Toulon et à Marseille.  Professeur des universités, spécialiste de l'histoire de la France des XIXe ET  XXe siècles, il a enseigné à l'Université de Provence, à l'université de Panthéon-Sorbonne (Paris Ie), avant d'être professeur au Collège de France de 1986 à 1997. Il a été l'historien de la République française et de la symbolique républicaine. On lui doit la République au village (1970) et sur les symboles républicains, une suite de trois ouvrages :  Marianne au combat (1979), Marianne au pouvoir (1989), les Métamorphoses de Marianne de 1914 à nos jours (2001). Il s'est intéressé à la pratique du pouvoir par le Général DE GAULLE dans deux ouvrages dont De Gaulle, histoire , symbole, mythe (2000).

Les  parents de Maurice Agulhon exerçaient tous deux le métier d'instituteurs de l'enseignement public. Son père était de confession protestante de naissance, sa mère , née catholique, devint protestante comme son mari. Ils  portaient les valeurs de la laïcité républicaine et étaient orientés à gauche ( socialisme et pacifisme). André Agulhon, père de Maurice est né en 1899 à Bessèges (Gard). Formé à l'école normale de Nîmes, il fut instituteur à Pujaut, puis à Villeneuve-les -Avignon, tout en s'adonnant avec passion au jardinage. Marie-Rose Rigaud, mère de Maurice est née en 1901 à Villeneuve-les-Avignon. Les Agulhon venaient de Vébron. Les grands-parents de Maurice Agulhon, Louis Numa Agulhon et son épouse  Irma Agulhon étaient de Vébron et de Florac (Valbelle). Louis Numa Agulhon , né à Vébron le 5 septembre 1869, fils d'Albert Agulhon cultivateur et de Lucie Agulhon, a quitté Vébron assez jeune pour entrer dans les chemins de fer. Irma Agulhon, cousine de son mari, née à Florac en 1869 était blanchisseuse. Le couple du cheminot et de la blanchisseuse, descendu vers les basses Cévennes, eut trois fils l'un, instituteur,  est le père de Maurice Agulhon.

La figure de Marianne, la Révolution de 1848, ont été de grands sujets d'étude de Maurice Agulhon. On trouve dans une maison de Salgas  un tableau représentant la République de 1848, peint à l'eau. Une femme debout figure la République, dans sa main droite, elle tient le drapeau tricolore, dans sa main gauche elle tient un manuscrit  ou il est écrit : "24 février 1848, République Française. Aimez-vous" (hauteur du tableau sans cadre : 1 m sur 74 cm). Une inscription au dos du tableau précise : " L'auteur du présent tableau en a fait don à la Société Nationale de Florac... Il recommande aux sociétaires qui resteront après lui de  préserver en hiver ledit tableau des atteintes de la fumée du poêle et pendant la belle saison encore plus à craindre des mouches". L'auteur a signé : H. Tinel. La Marianne de Salgas, que l'on peut appeler  "La Marianne TINEL" est une de ces Marianne du midi qui étaient chères à Maurice Agulhon. Il n'a pas connu son existence et pourtant elle provenait de la commune de ses ancêtres paternels. Datée de la seconde république, quand beaucoup de Mariannes inventoriées dans mes Cévennes datent de la Troisième République (par exemple la Marianne de Barre-des-Cevennes, petit buste de la République placé sur une borne fontaine), elle est une preuve de plus de l'attachement ancien des Cévenols à la République.

Chronique proposée par Olivier POUJOL, en collaboration avec Gérard DOUTRES.